Sylvie Rollet

Sylvie Rollet

PR émérite - Université de Poitiers

Sylvie Rollet est professeure émérite en études cinématographiques de l’université de Poitiers.

Membre de l’IRCAV (Sorbonne nouvelle) et du FoReLLIS (Poitiers), elle siège (à partir de juillet 2021) au Conseil Scientifique de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme.

Elle a créé et codirige, depuis 2003, le groupe de recherche interuniversitaire sur le cinéma « Théâtres de la mémoire » (IRCAV/Paris3, CERHEC/Paris 1, ESTCA/Paris 8) avec Christa Blümlinger, Sylvie Lindeperg et Marguerite Vappereau. Voir : http://theatresdelamemoire.blogspot.com/

Ella a créé et dirige depuis 2014 la collection « L’Esprit du cinéma » aux éditions Hermann : https://www.livres-cinema.info/editeur/hermann/esprit-cinema.

*Le dernier ouvrage paru rassemble une série d’articles de l’historienne Michèle Lagny : Hors cadre : imaginaires cinématographiques de l’histoire. https://www.livres-cinema.info/livre/14090/hors-cadre

À partir d’une approche esthétique des formes filmiques, ses recherches montrent en quoi le cinéma peut proposer des modalités d’écriture de l’histoire très différentes de l’historiographie scripturaire. En effet, même s’il puise la totalité de ses matériaux dans l’histoire, un film n’est pas soumis aux règles scientifiques de validation de ses hypothèses, il ne produit donc pas à proprement parler un savoir : son registre n’est pas celui de la seule intelligibilité, mais aussi et surtout celui du sensible et de l’imaginable. Ayant affaire au temps éprouvé, perçu ou imaginé par les hommes, le cinéma peut ainsi rendre simultanément perceptibles non seulement le cours de l’histoire, mais toute la gamme des temporalités infra ou supra-historiques : la durée sans événements ni signification des corps ou des paysages, les cycles naturels et les rituels sociaux, l’instant éphémère comme la régularité imaginaire d’une temporalité mythique, qui tous fondent et innervent notre rapport au temps. C’est pourquoi, même lorsqu’il semble chargé d’histoire, un film doit moins à la science historique qu’au fonctionnement de la mémoire. Il lui emprunte son désordre, ses manques, ses obsessions.

Ces questions sont au cœur des deux ouvrages collectifs publiés par le groupe de recherches « Théâtres de la mémoire » :

Ses travaux personnels portent, au sein de filmographies issues principalement de l’Europe médiane, des Balkans, du Caucase et de Russie, sur la manière dont les formes filmiques peuvent rendre compte des effets mémoriels des traumatismes historiques. Elle prépare actuellement un ouvrage sur la manière dont les rythmes du temps filmique configurent un imaginaire historique.

Parmi ses publications, voir, en particulier :

Les ouvrages :

  • Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ?, Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), PUR, Rennes, 2019, 242 p. ISBN :978-2-7535-7637-7 [hal-02496348]
  • Béla Tarr : de la colère au tourment, Corinne Maury et Sylvie Rollet (dir.), Yellow Now, Belgique, Crisnée, 2016, 166 p. [halshs-01487624]
  • Une éthique du regard : le cinéma face à la Catastrophe, d’Alain Resnais à Rithy Panh, Hermann, coll. « Fictions pensantes », Paris, 2011, 274 p. [halshs-01487633]
  • Angelopoulos au fil du temps, Presses Sorbonne Nouvelle, « Théorème 9 », Paris, 2007, 190 p. [hal-02639719]
  • « Voyage à Cythère » : la poétique de la mémoire d’Angelopoulos, L’Harmattan, coll. « Esthétiques », Paris, 2003, 374 p. [halshs-01487638]

Les articles :

  • « Le corps du dissensus », dans Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma?, PUR, Rennes, 2019, pp. 107-114. [hal-02639906]
  • « Face à l’empire de la disparition : une écriture filmique différante », dans I. Bleton, F. Godeau, F. Dumontet, M. C. Coelho Ferreira (dir.), Constructions comparées de la mémoire : littératures et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours, Paris, Hermann, 2018, pp. 243-257. [hal-02640048]
  • « Saisir “l’inconscient“ de l’histoire : autour de trois films de Sergei Loznitsa », Proteus n°12, juillet 2017, « (Re)montages du temps en art », pp. 45-54, http://www.revue-proteus.com/articles/Proteus12-5.pdf. [hal-02634721, v1]
  • « Archives et imagerie ou l’invention de la tradition : Morning Sun, une comédie musicale réécrit l’histoire » (avec Michèle Lagny), dans Julie Maeck et Mathias Steinle (dir.), L’image d’archive, une image en devenir, Rennes, PUR, 2016, pp. 119-126. [hal-02640124]
  • « L’étoffe rythmique du monde : une théorie à l’œuvre », dans Corinne Maury et Sylvie Rollet (dir.), Béla Tarr, de la colère au tourment, Yellow Now, Crisnée, 2016, pp. 127-138. [hal-01488626]
  • « Malgré tout…l’image manque », Cinéma et Cie, « Archives in human pain : circulation, persistence, migration » (Alice Cati et Vicente Sanchez-Biosca, dir.), vol. XV, n°24, Spring 2015, pp. 93-102 [hal-02735319].
  • « Les portes d’Hadès et l’“expérience de l’aporie” », dans Corinne Maury et Philippe Ragel (dir.), Filmer les frontières, Presses Universitaires de Vincennes, Paris, 2015, pp. 183-192. [hal-02734930].
  • « An untimely history », dans Angelos Koutsourakis et Mark Steven (dir.), The Cinema of Theo Angelopoulos, Edimburgh, Edimburg University Press, 2015, pp. 219-231 [hal-02735009].
  • « Filmer la figure humaine “au milieu” des choses : le cinéma selon Béla Tarr », in Alain Naze (dir.), Walter Benjamin : politiques de l’image, L’Harmattan, Paris, 2015, pp. 107-117 [hal-01660774]

Une liste plus complète est disponible sur http://rolletsylvie.blogspot.com

Courses

ID Course Name Duration Start Date
Théâtres de la mémoire en cours 1 septembre 2003

CONTACT

Maison de la recherche
de la Sorbonne Nouvelle
IRCAV

Adresse: 4 rue des Irlandais, 75005 Paris
Téléphone: +33 (0) 1 55 43 08 93 (pôle des unités de recherche)

TOP