Les Arts trompeurs - Machine, magie, médias

START:
1 janvier 2015
DURATION:
3 ans

INSTRUCTORS:

Pisano Giusy
PR ENS Louis Lumière - membre titulaire
Bertin-Maghit Jean-Pierre
PR émérite Université Sorbonne Nouvelle - membre titulaire
Kitsopanidou Kira
PR Université Sorbonne Nouvelle - membre titulaire
Soulez Guillaume
PR Université Sorbonne Nouvelle - membre titulaire

L’originalité de ce projet est à rechercher dans son approche intermédiale permettant de suivre les filiations possibles entre divers dispositifs ; dans le principe de donner aux dispositifs sonores la place qu’ils méritent ; dans sa volonté de faire dialoguer théoriciens et praticiens (à travers des ateliers et des manifestations culturelles) mais avant tout dans le choix méthodologique de prendre comme cadre de référence la magie, en tant que « patron-modèle ». De fait, si l’apport des technologies à l’émergence de nouvelles pratiques artistiques est notoire et attesté par maintes études sur le sujet, force est de constater que rares sont les recherches qui englobent dans leurs corpus les spectacles de magie : la magie ne semble pas faire partie des pratiques culturelles privilégiées par les chercheurs. Pourtant, les spectacles magiques sont bien souvent à l’avant-garde des techniques puisque, comme l’affirme Jean-Claude Beaune, « entre technique et magie, quelle que soit l’époque à laquelle on se situe, viennent se nicher des affinités suggestives… » Les magiciens, à l’affût de toute nouveauté permettant de réactualiser leurs effets, ont utilisé et utilisent des appareils dont l’usage est encore peu répandu, car une technologie est, par essence, en perpétuel développement, donc toujours d’une certaine manière à un stade expérimental de développement (Matthew Solomon).

>>> Activités scientifiques du programme de recherche